Nous contacter service client projets entreprises presse
CollectionsBiographie
Boutique Yêhi La Créatrice Accueil Actualités Acheter sur Etsy collections pièces uniques séries limitées Catégories colliers boucles d'oreilles broches bracelets bagues Conditions de venteMentions légales

Mentions légales Médias sociaux facebook twitter Pinterest plan du site identité Accueil Actualités collections Boutique Yêhi Yêhi sur Etsy contacter nous liensSuivez Yêhi
Yêhi ou l'avènement d'une créatrice atypique et singulière Yêhi est née en 1966. Vers l'âge de 32 ans, elle a entreprit de s'essayer à une forme de sculpture sur matériau fin, et le fil métallique a croisée son chemin. De cette rencontre fortuite entre un matériau et un "germe" créatif a émergé des créations inattendues (la technique est à inventer, au gré de l'histoire que raconte l'objet) d'une créatrice au style très particulier dont la singularité est de créer depuis une dizaine d'année, des modèles uniques non reproductibles par les bijoutiers rompus aux techniques traditionnelles de fonte, d'estampage ... Ces termes elle les ignorait, créatrice avant tout, le bijou n'était qu'un alibi créatif qui prendra de plus en plus d'ampleur. Du fil de laiton, d'argent, d'or, elle a tissé des histoires devenues bijoux. La rétrospective diffusée en 2009, témoigne d'une interprétation contemporaine de la société de façon métaphorique : La ruche pour révéler le labeur sans relâche, et la pancia (façon détournée d'évoquer panse pour une vache notamment) clin d'oeil ironique sur les aigreurs d'estomac que peuvent donner le monde du travail mais également la production de masse sur notre équilibre sanitaire. De Yêhi, les gens de métiers parlent de joaillerie fine plutôt que de fantaisie. Elle même n'étant pas experte en joaillerie , reconnaît que son approche de la création, faisait d'elle une sorte de couturier du bijou. Lorsqu'elle est interpellée sur l'actualité de ses modèles, elle répond qu'elle y obéit très peu et que sa création était un laboratoire d'idées : l'expérimentation, pour faire varier des techniques comme le tricot, le croisement des fils, la broderie, l'inscrit dans la dentellisation de la bijouterie. La pièce peut être remarquable mais la plupart du temps, le port est léger. Ce sont des pièces que l'on enfile pour vite les oublier car elles font corps avec celles qui les portent et les mettent en scène sans encombre. Pour la réalisation des pièces, Yêhi se fie à son imagination. La création et la réalisation cohabitent sans même se reposer un temps sur une esquisse ou un croquis. L'impulsivité est de la partie lorsque des genres sortis de nulle part font irruption dans son champ créatif. Des bagues baroques qui font dire au bijoutier fondeur : "de mémoire de bijoutier, c'est la première fois que je vois un non bijoutier créer une bague et la réaliser. J'aimerais tant pouvoir vous la copier ajoute t-il en souriant, je ne le peux même pas" ! Dès lors, Yêhi prit conscience qu'elle était un phénomène sans doute un peu marginal et se promit d'y remédier juste partiellement pour ne pas décevoir les inconditionnels de son particularisme. C'est à partir de cette période que ses créations se sont épurées et ses composants se sont métissés sans perdre la grâce, l'élégance tout en conservant l'originalité pleine de finesse de distinction et de sensibilité. Le bijou a été et demeure le champ créatif de prédilection de Yêhi. Désormais, l'art plastique est investi à son tour, faisant la synthèse entre la création objet et la genèse de tout projet créatif. . De sa passion du bijou, elle l'explique par l'influence de l'élégance raffinée de sa grand-mère et l'excellent bon goût de son grand père. "Du style, j'ai dû en hériter malgré moi de façon inconsciente, de personnalités remarquables et fortes. Je crains fort que cela ne transpire".
Copyright 2008